Faux contact

Je ne parlerai pas de ce qui se passe derrière

Je ne voudrais pas trop m’avancer

Mais à côté de toi je mets mes oeillères

Je fais profil bas trop remontée !

 

Des courants passés, passés où ?

Et des dérivées à travers nous

Attention aux séries, aux courts-circuits

Quand tu éteins celle qui s’affaiblit

Des résistances à débrider et des parallèles à démêler

Oui mais hé !

 

Je ne parlerai pas de ce qui se passe derrière

Je ne voudrais pas trop m’avancer


Troie

Il dort,

Il entend le bruit de ferraille, voit des furies

Il n’attend rien de spécial,

Il attend.

Mais s’il surgit, s’il bondit

Tout à coup au coude à coude

Oui mais bon, à quoi bon ?

Oui mais bon, à quoi ?

 

Ah les pauvres gens que nos gens

Le parfum les menait sûrement

 

Au fond plus rien ne comptait, tout glissait sur toi

Tous traînaient en bas

Belle, et régulière, pas vraiment familière.

C’est pour ta vie cette furie

Sur le champs tout s’écrit

En plus grand, en géant

Tous ces cris, pour toi

 

Ah les pauvres gens que nos gens

Le parfum les menait sûrement

Ah les sombres chants que nos chants

Leur écho résonne pour longtemps

 

Sors-tu grandis quand plus rien ne reste, plus que toi ?

Ce pourrait être la guerre, ce pourrait être ça

Sors-tu grandis quand plus rien ne reste, plus de toi ?

Ce pourrait être la guerre ce pourrait être Troie !